Condamné-e-s pour avoir manifesté

 

OUZBEKISTAN / Le 27 janvier 2014, des manifestant-e-s se sont réuni-e-s devant l’ambassade ukrainienne, à Tachkent, en soutien au mouvement “Euromaiden”, pour demander la démission du Premier ministre Mykola Azarov (qui a d’ailleurs quitté ses fonctions dès le lendemain). Les activistes ont remis aux diplomates ukrainiens une déclaration condamnant “le recours à la force par les autorités ukrainiennes contre le peuple, ainsi que la mauvaise volonté des autorités d’entamer un dialogue constructif avec les opposants politiques.”

Umida Akhmedova © DRSept activistes ont été arrêté-e-s le 29 janvier et condamnés à des peines de réclusion et à des amendes pour avoir participé à une manifestation non autorisée. Parmi eux, Umida Akhmedova, photographe et cinéaste ouzbèke mondialement connue, qui concentre son travail sur les questions liées au genre. Alors qu’elle participait à un programme sur l’égalité des sexes organisé par l’ambassade de Suisse, la photographe a été condamnée, en 2010, à payer une lourde amende pour la série d’une centaine de photos intitulée “Women and men: from dawn till dusk” (Des femmes et des hommes : de l’aube au crépuscule). Les photos reflétant, selon les experts, l’image d’un “pays moyenâgeux”. L’artiste avait également été inquiétée après la réalisation de son film “Le fardeau de la virginité qui témoigne des traditions nuptiales (comme le fait de dévoiler le drap tâché de sang après la nuit de noces) encore bien présentes en Ouzbékistan. Visible uniquement sur internet (pas diffusé dans le pays), le film a été qualifié d’“insultant et calomnieux envers le peuple ouzbek”.

L.G.

A LIRE AUSSI
> Monde / Un accès encore limité au monde du travail pour les femmes
> Tadjikistan / Pas de talons, pas d’université !
> Egypte / Place Tahrir : des centaines de femmes victimes de violences sexuelles